TOP
The Musettes - Une vision Coréenne de la France

Une vision Coréenne de la France

Une vision Coréenne de la France?

Mirae, expatriée sud-coréenne en France, nous raconte son expérience ! Un regard passionnant et écalairant sur notre société. 

Bonjour Mirae, tu es Coréénne et tu vis en France depuis plusieurs années, peux-tu nous parler de ton expérience ?

D’abord, grandir en Corée du Sud c’est comment ?
 Jusqu’à l’âge adulte, la plupart des enfants passent leurs temps à étudier pour aller à l’université. Entrer dans une bonne école est primordiale, c’est le meilleur raccourci pour aller dans une bonne entreprise pour réussir et ainsi gagner beaucoup d’argent ; la plupart des gens ordinaires suivent le même chemin à moins qu’ils ne naissent avec des cuillères en argent dans la bouche. Surtout quand tu vas au lycée, tu dois étudier comme si tout le monde devait entrer dans la meilleure université.
Les Coréens ont tendance à préférer les personnes dévouées et fidèles à leurs devoirs , exemplaires et discrètes. La personnalité de chaque individu est généralement ignorée, mais c’est un bon système pour le groupe et l’ensemble.

Quand j’étais enfant, c’était l’époque où la Corée se développait économiquement, donc tout était possible car nous étions plein d’espoir.
En parlant de culture, la Corée est un pays limitrophe de la mer (3 côtes), et à la fois insulaire car il est bloqué par la Corée du Nord au nord.
La Corée est fondamentalement monoculturelle, et il n’y a pas beaucoup d’étrangers, il est donc difficile d’accepter une nouvelle culture, et il y a beaucoup de conservateurs qui adhèrent à la tradition, donc la diversité culturelle fait défaut.
Cependant, ces dernières années, il semble y avoir un grand pas en avant pour maintenir l’équilibre entre tradition et modernité.
La Corée a fait d’énormes progrès au cours des 20 dernières années et de nombreuses personnes voyagent à l’étranger, à partir de ma génération, nous sommes probablement plus familiers avec la culture moderne et occidentale.
Je vous conseille vivement de regarder un film qui s’appelle ‘Parasite’ (Palme d’or à Canne 2019) de Bong Joon-ho, qui montre bien la société coréenne d’aujourd’hui.

[mepr-show rules= »9219″ unauth= »message »]

Quel est ton regard sur la société sud-coréenne qui évolue alors que la Corée du Nord reste figée ?

Pour être honnête, je n’aurais jamais imaginé que je viendrais vivre en France et que je recevrais autant de questions sur la Corée du Nord.

Seuls les politiciens et les médias parlent de la Corée du Nord en Corée du Sud. Ce n’est que lorsque je suis partie à l’étranger que j’ai réalisé que la Corée était divisée entre le Nord et le Sud.
Personnellement, j’ai toujours pensé que j’étais une « Coréenne », je ne me suis jamais considérée comme une personne de « Sud » Corée.
La Corée du Nord est encore un monde inconnu pour nous les Sud-Coréens qui n’ont pas été beaucoup exposés à la Corée du Nord en raison des restrictions médiatiques en Corée du Sud.

Je ne pense pas qu’ils aient cessé de se développer et qu’ils restent figés dans le passé. Je pense que les chemins qu’ils ont choisis sont différents, mais peut-être qu’ils peuvent se sentir à l’aise et heureux dans leur système social.

Quand et pourquoi es-tu arrivée en France ?
En 2010, c’était la première fois que je voyageais en France. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, je voulais partir dans un autre pays. J’ai choisi la France car c’était un pays où je pouvais facilement aller avec un visa vacances-travail à cette époque et trouver un emploi sans difficulté mais aussi c’est un pays bien situé pour voyager en Europe. La suggestion d’un ami français que j’ai rencontré à l’époque a également joué un rôle. Donc en 2013, je suis arrivée en France et j’ai travaillé dans un salon de coiffure 15eme à Paris en tant que coiffeuse avec le visa vacances-travail. Je travaillais quatre jours par semaine et le reste je voyageais dans toute la France. Ce faisant, j’ai rencontré mon mari.

En tant que femme, comment as-tu ressenti ton intégration en France?

C’était tellement choquant au début. J’ai été très surprise que nombre de personnes en France qui pensaient que les femmes asiatiques étaient des prostituées, ;c’est inimaginable en Corée. Je ne savais pas qu’être une femme asiatique serait un handicap ou un préjugé lors de rencontres.
En Corée, puisqu’il s’agit d’une structure sociale qui rend difficile l’accès au travail des femmes lorsqu’elles se marient, il est enviable et surprenant que les Françaises soient très indépendantes et vivent au même niveau que les hommes dans un système social plus favorable.
Les normes d’éducation et de vie des femmes coréennes sont aussi avancées que celles de la France, de part le système social, mais la vie n’est pas facile tant pour le travail que pour l’éducation des enfants, donc je pense que c’est un peu désavantageux pour les femmes coréennes, mais cela évolue très vite …
Traditionnellement, il y a une très mauvaise perception de la culture du concubinage avant mariage, de sorte que la population diminue en raison de la baisse des mariages et par conséquent des naissances . Ce serait bien si la culture du concubinage comme en France pouvait se développer.
En voyant des femmes indépendantes (autonomes), libérées en France, je me suis sentie mal à l’aise au début, mais je me suis assimilée progressivement et j’ai vite appris. Cependant, il semble qu’il soit encore difficile d’être des amis proches avec des Françaises…

Pour comprendre la vie des femmes coréennes, je recommande vivement le film coréen « Kim Ji-young, Born 1982 »

Te sens tu expat ou immigrée ?
Je ne me sens pas comme une immigrante, mais plus proche de l’expatriée. Ayant vécu longtemps à l’étranger, mon pays s’est figé au moment où je suis parti (en 2013) dans ma tête, mais la Corée se développe et évolue à chaque fois que j’y retourne. Et je vis dans un nouveau pays et j’apprends une nouvelle culture et une nouvelle langue. Pourtant, ma nationalité officielle reste sud-coréenne. J’ai l’impression que je flotte au milieu et je sens que je ne suis ni ici ni là-bas.

Qu’apprécies-tu le plus dans la culture française ?
Par rapport à la Corée, la France est un pays ouvert à d’autrs cultures et capable de découvrir différentes cultures. Cela m’a permis d’apprendre et de m’adapter à des nouvelles choses sans trop de difficulté.
En tant que Coréenne habituée à vivre très vite et très occupée, et vivre dans une mégalopole comme Séoul, il y avait beaucoup de choses frustrantes au début car tout était trop lent en France comme l’administration, etc. Je suis reconnaissante pour ces choses parce que il me semble avoir appris à vivre plus tranquillement maintenant. J’ai appris à me détendre avec un verre de vin en France.

Quels aspects de la société française te « choquent » le plus ?
Par rapport à la Corée du sud, la France semble avoir des niveaux de violence très graves dans la vie quotidienne. Le problème de sécurité en France a été le plus choquant car la Corée est l’un des pays les plus sûrs où les voleurs et le terrorisme sont inimaginables.
Souvent les français me considèrent comme une chinoise (ou vietnamienne etc.), et me demandent “Chinoise ou Japonaise ?” sans finesse. Au début cela me choquait, parce que pour les coréens ce genre de question est considéré comme malpolie et ce n’est pas très agréable. Tous les asiatiques ne sont pas chinois ou japonais évidemment mais les français semblent ne pas pouvoir distinguer les asiatiques ou toute simplement l’ignorent-ils.

Trouves-tu que la France est « en retard » sur la Corée du sud ?
Parfois, vivre en France donne l’impression de vivre dans un pays sous-développé ou de voyager dans le temps. Le niveau de vie actuel en Corée qui me semble n’est pas inférieur à celui de la France. Par exemple, les rues et les métros en Corée sont beaucoup plus propres qu’en France. L’autre exemple, la création d’un passeport en Corée prend 3 ou 4 jours de traitement. (45 jours en France)

En outre, le système de transport public coréen est l’un des systèmes les plus précis et efficaces au monde. En Corée, les réseaux 5G sont déployés sur tout le territoire et la 6G est en cours de développement.

Les Sud-Coréennes entreprennent-elles beaucoup ?

Traditionnellement, la Corée est une société conservatrice, mais elle semble avoir bien changé depuis les années 2000. Il est vrai que les femmes coréennes ont une tendance à travailler plus en tant que salariées qu’entrepreneuses, et pour les femmes il existe un plafond de verre.
Cependant, il y a de nombreuses avancées dans le domaine des startups, et comme la Corée est un bon pays pour faire des affaires, il y a beaucoup de femmes entrepreneuses. Surtout en Asie de l’Est, parce que la culture de la beauté coréenne est en tête, de nombreuses femmes sont engagées dans le secteur d’esthétique.
(#K-pop #K-beauty)

La beauté française, la « french touch » est-ce quelque chose que les sud-coréennes regardent avec attention, avec envie?
La culture française n’est toujours pas connue en Corée, elle est donc plus attractive. Le problème est que les Coréens ont une perception que « France = Paris », ce qui semble interférer avec la découverte des différents charmes de la France.
De plus, le français semble être un obstacle car la langue est attrayante et difficile pour les Coréens. Mais, par exemple, comment vivre comme des Françaises et comment éduquer des enfants comme des mères françaises sont très connus comme un bon exemple.

La principale qualité des Sud-coréennes ?
Cela ressemble à une expression qu’on ne trouve pas en français, mais les femmes coréennes ont le sens (have good sens) Les femmes coréennes sont « intelligentes », elles ont donc d’excellentes capacités de vie et une capacité d’adaptation où qu’elles aillent. C’est pourquoi de nombreuses femmes d’Asie de l’Est essaient d’imiter les styles de vêtements, le maquillage et les coiffures des femmes coréennes. De plus, les Coréens font toujours des choix rationnels car ils considèrent toujours ce qui est bon marché et efficace à un coût raisonnable.

Une autre chose à ajouter ?
Pour être honnête je me sens plutôt blogueuse comme beaucoup de gens en Corée.
Tout en gérant un blog en coréen, j’ai non seulement documenté mes voyages et ma vie, mais j’ai également rencontré de nombreuses personnes, telles que des voyageurs et d’autres expatriés coréens.
Dans le même temps, il me semble avoir perdu beaucoup de temps avec des gens
sans intérêt.
J’aimerais dire que vivre en Europe en tant que femme asiatique n’est vraiment pas facile. Même si vous suivez votre mari et venez dans un nouveau pays que vous ne connaissez pas, trouver un moyen de vivre semble essentielle pour tout le monde.
En ce qui me concerne, pendant les une à deux premières années j’ai vécu comme une touriste, les troisième et quatrième années j’ai passé du temps à déprimer et penser à l’avenir et à ce que je ferais en France. C’était comme si je traversais un long tunnel sombre. Puis j’ai étudié la langue et suivi un master de tourisme pour mieux m’intégrer dans la société française, et ce fut une période difficile, mais après l’obtention du diplôme, je suis devenu plus confiante et maintenant je semble que je
me suis plutôt bien adaptée. Ces jours-ci, je planifie plus mon Projet professionnel, tout en me concentrant sur ma santé pour une vie meilleure.

[/mepr-show]

Merci de m’avoir lu, c’est un honneur d’avoir raconté mon expérience sur The Musettes.
Vous souhaitant une joyeuse vie et de jouir au mieux de votre vie d’expat.

 

Si vous avez apprécié le témoignage de Mirae, n’hésitez pas à découvrir d’autres témoignages sur notre Gazette!