Bonjour Sarah, quelle Musette es-tu?  

Je m’appelle Sarah Haïlé-Fida, j’ai 51 ans .

Depuis combien de temps es-tu installée à Amsterdam et pourquoi ? 

Grâce à la mutation de mon conjoint , l’opportunité s’est présentée pour nous de nous installer à Amsterdam et nous en avons profité avec joie ! Nous sommes installés à Amsterdam depuis plus de 10 ans, avec nos enfants qui ont maintenant 17 et 19 ans. Notre arrivée a été un peu mouvementée puisque nous nous sommes fait braqués sur l’autoroute le jour de notre arrivée et que 6 semaines plus tard, ma fille âgée alors de 8 ans, s’est fracturé le col du fémur en tombant d’un portique dans un parc. Il s’en est suivi une opération, 6 jours d’hôpital, 6 semaines de plâtre (hanche et jambe), 3 mois de rééducation, etc. Nous n’avons pas vraiment eu le temps de nous demander comment se passait notre installation… Il nous a fallu un an je pense pour avoir l’impression d’être arrivé.

Nous vivons dans le quartier Buitenveldert que certains considèrent comme la banlieue parce qu’il est de l’autre côté du ring. Principal avantage pour moi : la proximité du bois qui est à 300 mètres !

Qu’est ce qui t’a marqué à ton arrivé dans  l’art de vivre à Amsterdam ?

Quand on arrive à Amsterdam en venant de Paris, on a l’impression d’un changement de rythme – c’était encore plus vrai il y a 10 ans ! En tant que famille, on se rend compte que le rythme de la famille ici est bien plus centré sur les enfants.

Tu as crée une activité de conseil dédiée à la reconversion professionnelle, peux-tu nous en raconter la génèse ?

En France, je travaillais comme consultante en prévention des risques psychosociaux (stress, conditions de travail…) dans les entreprises. Cette activité n’était pas possible ici : les méthodologies sont complètement différentes et il aurait fallu parler couramment néerlandais… Pendant quelques années, j’ai continué à travailler en France tout en habitant ici, puis j’ai démarré mon activité d’accompagnement individuel pour les personnes en reconversion professionnelle. Cela s’est fait de façon concomitante avec mon entrée dans la Fondation Avenir emploi Pays-Bas. Il y avait convergence entre les 2 activités, ce qui me permettait de moins me disperser… mais surtout, ayant moi-même changé 5 fois de métier, j’ai une certaine proximité avec le sujet de la reconversion professionnelle !

Quelles ont été les démarches nécessaires à la création de ton entreprise? 

J’ai d’abord créé mon entreprise en France tout en habitant à Amsterdam. Je l’ai rapatriée aux Pays-Bas en 2013 lorsque j’ai commencé à travailler avec des clients individuels qui souhaitaient se réorienter professionnellement. Les Pays-Bas sont clairement un pays où les démarches administratives liées à la création d’une entreprise sont assez simples… à condition de comprendre un minimum le néerlandais !

Je n’ai pas eu vraiment besoin d’investissements matériels et jusqu’à maintenant, je travaille de la maison et je reçois mes clients dans des cafés assez calmes. À l’avenir, j’envisage de louer un bureau dans un espace de coworking, mais je n’ai pas encore sauté le pas. 

Je me suis aussi formée sur le tas à la communication sur les réseaux sociaux : c’est un métier à part entière qui prend finalement beaucoup de temps mais qui semble assez incontournable aujourd’hui.

Quels types de services proposes-tu ?

Aujourd’hui, je propose des accompagnements pour que mes clients construisent la carrière qui leur convient mais aussi pour un retour au travail après un burnout.

 

Que retires-tu de ton expérience au niveau professionnel, familial, insertion dans le pays, …?

J’ai d’emblée démarré mon activité en arrivant aux Pays-Bas. La question de l’insertion reste ouverte dans la mesure où je travaille avec la communauté expatriée.

En quelques mots ton parcours professionnel ?

Fac de littérature, éditrice, journaliste médicale, Master de sociologie du travail (et début de thèse) chercheure, chargée de mission, consultante.

Comment t’organises-tu entre ton activité et ta vie personnelle ?

En plus de mon activité, je suis aussi pas mal investie dans des activités bénévoles, en particulier la présidence de la Fondation Avenir emploi Pays-Bas et l’animation d’un réseau de solo-entrepreneurs (le café ZZP, plus de 400 membres aujourd’hui). Je ne suis pas forcément très organisée et j’ai tendance à faire pas mal de choses au dernier moment. Le fait qu’à la fois mon activité et le réseau d’entrepreneurs se développent m’obligent maintenant à repenser mon organisation : work in progress !

Mes enfants sont grands, mon organisation n’est pas très difficile : cela fait déjà de nombreuses années que les enfants participent à l’organisation familiale. Déléguer à la maison est la meilleure option quand on travaille en grande partie de chez soi.

Peux-tu faire partager tes « instants bonheurs » de Musette ?

Ce que j’oublie en période de stress : avoir une activité créative – ou aller visiter une expo.

Quelles sont tes sorties culturelles préférées à Amsterdam Y-a- t-il un évènement culturel que tu conseillerais ?

Les expos en famille, les concerts, en famille aussi, mais avec ma sœur qui vient souvent à Amsterdam pour un concert au Paradiso. A Amsterdam, il y a une offre culturelle tellement riche qu’il faut surtout apprendre à renoncer… je vais aller voir l’exposition Seydou Keïta au FOAM en avril.

Des infos ici

Instant culturel : peux-tu me citer un de tes tableaux ou livres préférés ?

L’œuvre de Basquiat, et particulièrement Head (en fait sans titre mais connu sous ce nom) et Grillo. Parce que la peinture de Basquiat est une tentative d’intégration d’images, de littérature et de musique… qu’elle est imprégnée de références culturelles et politiques.
Et l’œuvre d’Albert Camus pour sa vision de l’humanité.

Des infos ici

You May Also Like