Loading
Please wait
TOP

Musette aux Générations futures à Amsterdam

Musette aux Générations futures à Amsterdam

Musette aux générations futures, peux-tu te présenter? 
Je suis Aurélia, j’ai 37 ans et 2 enfants. Je suis passionnée de nature : j’ai découvert qu’il y a un monde de nature infini dès le pas de ma porte. J’adore en apprendre tous les jours à ce sujet et suivre les traces des explorateurs, des botanistes et des biologistes qui racontent des histoires incroyables ! Des histoires auxquelles seuls les enfants pourraient encore croire !

Où vis tu ? 
Je vis à Amsterdam, Buitenveldert. Pour beaucoup ce n’est plus vraiment Amsterdam, mais c’est la
situation idéale pour notre famille : entourés de l’Amstelpark, de l’Amsterdamse Bos et d’une « trouée verte » qui relie les deux.

Qu’est-ce qui t’as amené ici? 
« Le premier qui a sa mutation a gagné ! » Repartir dans un autre pays était un projet de famille. Mon mari a décroché sa mutation et nous avons suivi !

Avais-tu déjà vécu à l’étranger ?
J’ai vécu à Barcelone à la fin de mes études. Je garde une affection toute particulière pour cette ville, telle que je l’ai connue en y habitant. … Et je crois avoir transmis le virus à mon mari.

Tu as développé une activité : comment t’en est venue l’idée ? Et pourquoi cette thématique ?
A Paris, j’avais un rythme effréné de consultante – talons hauts – jupe crayon. Les premières questions sont arrivées avec ma première grossesse : est-ce que je mange suffisamment sain ?
D’ailleurs, qu’est-ce que je suis en train de manger, en fait ?… Puis ma fille est née. Et c’était encore à une époque où je me disais qu’on ne sort pas par mauvais temps. La météo du printemps n’avait pas été glorieuse. Et le premier week-end de soleil : alerte à la pollution ! Le suivant… aussi ! Et lorsqu’enfin toutes les conditions ont été réunies, les parcs de la ville se sont transformés en salles de concert à ciel ouvert, tellement la densité de population y était forte. Je crois que cet après-midi a
été mon premier déclic…
Je veux donner aux enfants le pouvoir sur leur monde de demain. Je leur fais confiance, ils sentent très tôt ce qui est fondamental ! Mais surtout, j’ai réalisé que ce sont les premiers impactés,  aujourd’hui dans leur santé, leur bien-être et leur développement, par la perte du lien à la nature ! De là, et de nombreuses rencontres qui ont jalonné ma réflexion, j’ai créé, en partenariat avec Claire Bano Devautour, mon premier programme : Naya Nature. C’est un cursus d’éducation qui connecte les enfants à leur nature, aussi bien à leur essence profonde qu’au monde qui les entoure et au vivant. Et c’est destiné aux enfants, aux familles et aux écoles.

Peux-tu un peu développer ton projet? 
Je conçois et développe des programmes d’éducation par la nature. Le premier programme, c’est Naya Nature, auquel Claire Bano Devautour apporte son concours. Nous voulons permettre aux enfants de retrouver le lien de familiarité qui nous raccroche à la nature, et d’en retrouver tous les bénéfices. Car les effets positifs de la nature sur les enfants sont impressionnants : sur le développement physique, social et émotionnel, sur la santé, sur leur aptitude à apprendre…
Notre programme s’étend sur 3 niveaux fondamentaux : apprendre sur sa nature profonde, apprendre sur la relation à l’autre, apprendre sur le vivant. Le tout dans l’enthousiasme et avec une pédagogie inspirée aussi bien des travaux de Rudolphe Steiner que de ceux de Maria Montessori, ou encore de l’Ecole des Colibris et de la Living School.


En fait, Naya Nature fonctionne comme une école de nature ; comme vous imaginez une école de musique… mais dans et sur la nature ! Avec des programmes annuels par groupes d’âge, des suivis de progrès, des reconnaissances de compétences… Ces programmes sont ouverts aux enfants seuls, après l’école ou via leur école, mais aussi aux familles qui souhaitent développer cette connexion particulière avec leurs enfants.
Pour ne pas attendre la rentrée scolaire et permettre tout de suite aux familles de découvrir notre fabuleuse équipe de Médiateurs Nature nous proposons dès le mois de mai un condensé de notre programme sur 10 semaines, incluant 3 sessions surprise animées par des experts reconnus !

 

Comment l’as-tu développé ? 
Naya Nature est issu d’une longue réflexion que le temps, mes enfants et mes rencontres, en particulier celle de Claire (mon associée) ont renforcé et enrichi.
Du côté de mes enfants, j’ai très vite cherché à appliquer ce que j’ai appris des formations que j’ai suivies, et j’ai été étonnée de voir à quel point ils sont curieux de nature et ils s’y sentent bien. Et quelle différence avec des journées passées en intérieur ! Or l’école, et encore moins la crèche, ne proposent pas de sortie quotidienne dans un environnement naturel. Et c’est parfois difficile de trouver ce temps entre le travail et la « hard hour » du soir.
Et d’un autre côté j’ai rencontré de nombreuses personnes qui partagent nos aspirations et notre sentiment d’urgence. Je crois profondément au pouvoir de la « communauté » pour créer des impacts positifs. C’est ensemble qu’on est puissant ! Cette communauté qui se construit est à la fois pour moi une source d’énergie et d’inspiration. Certains s’engagent plus concrètement et apportent leur talent comme leur pierre à l’édifice. C’est inestimable !

Explique comment tu t’organises entre ton activité et ta vie perso
J’y suis allée progressivement, en augmentant petit à petit la garde de mes enfants. Maintenant ma fille ainée est à l’école. Mon fils va 3,5 jours à la crèche. Et pour après l’école j’ai une nounou fabuleuse qui les emmène dans les espaces verts alentours et m’assure qu’ils prennent bien leur vitamine verte quotidienne ! Surtout, le soutien de mon mari est fondamental : il
considère que le développement de mon activité est aussi bien un emploi en soi, qu’une nécessité sociétale. Il est très investit et respectueux de mes besoins de temps de travail. Un exemple parmi d’autres : en cas d’enfants malades, ou d’absence d’école nous cherchons chacun des solutions pour nous répartir leurs jours de garde sans que cela ne pose question.

Que retires tu de ton expérience au niveau professionnel, insertion dans le pays, familial…
La vie à Amsterdam et la conception de la nature et de l’éducation par les néerlandais m’ont permis de me dire que c’était ici et maintenant, que je devais saisir l’opportunité de faire germer ce projet.
C’est une expérience qui me permet de réaligner ma vie professionnelle avec ma vie personnelle et mes convictions ! Tout fait enfin sens !

 

 

 

[/vc_column_text]